« Fiction documentaire ». L’expression, pour le cinéaste Chris Marker, frôle la tautologie. Toute fiction, romanesque ou expérimentale, est inséparable d’un point de vue « documenté ». Inversement, tout regard documentaire porté sur le réel, jusque dans ses factualités les plus ordinaires, produit sa propre fiction. On s’intéressera, dans cette séance, à deux manières de faire propre au cinéaste de « La Jetée » (1962), qui définissent sa démarche cinématographique : la pratique du montage à hélices, et l’usage déconstructif du commentaire off. Outre un retour sur images avec « Sans soleil » (1983), seront projetés des courts-métrages de Chris Marker, et des extraits de « Lettres de Sibérie » (1957), « Le Tombeau d’Alexandre » (1992). Ce vendredi, à partir de 15h, à la salle du 4ème Art.
Article similaire