La galerie de l’Institut Français de Tunisie accueille, du 26 février au 26 mars, l’exposition photographique « Rhyme is no crime » d’Emeric Fohlen. Le vernissage aura lieu le vendredi 26 février à 18h.

Bousculant les codes traditionnellement imposés, la culture hip-hop et ses messages se développent dans la jeunesse tunisienne contemporaine. Cantonnés avant 2011 à diffuser leurs productions exclusivement sur Internet, les artistes émergents du mouvement hip-hop tunisien sortent peu à peu de la clandestinité et expriment la colère d’une jeunesse désireuse de trouver sa place dans la société.

Seuls ou collectivement, ces artistes en herbe se lancent dans le rap, le break-dancing, le Djing et le graffiti avec les moyens du bord. À l’image des débuts du mouvement hip-hop dans le New York des années 70, cette génération de talents a pour thèmes de prédilection l’injustice et les inégalités.

**************

Emeric Fohlen

Né en France en 1985, il découvre la photographie durant ses études de graphisme entre Paris et Washington. Après 2 années de direction artistique dans une agence de publicité, il décide de se dédier pleinement à sa passion. Fasciné par la Chine, il émmigre à Pékin pour y apprendre le mandarin et c’est là-bas qu’il réalise ses premiers reportages pour la presse. Il poursuit maintenant son travail depuis Paris en tant que photographe d’actualité tout en développant des projets personnels autour de problématiques sociales et des populations marginalisées.

Article similaire

Laisser un commentaire