Il aura fallu attendre trois cents ans pour qu’un mathématicien parvienne enfin à résoudre le « dernier théorème de Fermat »,une équation posée par Pierre de Fermat en 1637.

« Il n’existe pas de nombres entiers non nuls x, y et z tels que : x^n + y^n = z^n dès que n est un entier strictement supérieur à 2. »

C’est le mathématicien britannique Andrew Wiles, 62 ans, professeur à l’Université d’Oxford, qui a réussi en 1994. Il lui a fallu 7 ans de travail intensif dans le plus grand secret, alors qu’il était à l’Université de Princeton, pour y parvenir.

Il vient d’être récompensé par le prix Abel 2016, remportant à la clef 700.000 dollars (plus de 600.000 euros).

Le prix Abel est souvent décrit comme un « Nobel des mathématiques ». Il est décerné chaque année par l’Académie norvégienne des sciences et des lettres.

Article similaire

Laisser un commentaire