Naturellement, l’Internet des objets (IoT) doit faire partie des réponses au coronavirus (COVID-19) !

Ce réseau qui assure l’interconnexion entre l’internet et les objets a prouvé largement son efficience en matière d’aide à la prise de décision et la prévention contre les risques éventuels.

Le recours à l’IoT constitue une vraie démarche à suivre en termes d’alerte précoce de fièvre, de reconnaissance des visages, d’application des mesures de quarantaine, d’accélération de l’action robotique et bien plus puisque l’Internet des objets concerne par excellence la prise de décision basée sur une saisie en temps réel.

En effet, on constate que si une grande partie de l’économie des nations infectées a été touchée par le coronavirus, le seul secteur qui continue à tourner à plein régime est celui des infrastructures de télécommunications telles que les réseaux 5G et LPWA.

Il est désormais clair que cela ne s’applique pas seulement aux domaines Smart CitySmart TransportSmart Grid… mais à la forme de prise de décision la plus importante et la plus efficace, à savoir la politique elle-même. On pourrait penser dans ce sens à l’importance du recours aux solutions IoT telles que le Tracking des personnes mises en quarantaine à l’aide d’un bracelet connecté, le suivi et consultation à distance des personnes contaminées, la E-Santé et beaucoup d’autres alternatives…

Le récent virus montre que la capacité de prendre des décisions en connaissance de cause dans un monde aussi connecté atteint ses limites. On n’explore tout simplement pas assez le potentiel de la connectivité pour contourner ce genre de problèmes bien que les effets des réseaux mondiaux connectés sont assez parlants.

La propagation du coronavirus (COVID-19) prouve à quel point les techniques adoptées sont devenues inefficaces. Dans une structure aussi complexe que celle de tout un État, le partage de renseignements en temps réel devient une réelle nécessité afin que l’action soit pertinente et non retardée. Avec cette quantité de suivi en temps réel, de données et d’informations agrégées et non heuristiques, la gouvernance elle-même peut être considérablement améliorée.

L’ « effondrement de la société » s’inscrit, malheureusement, aujourd’hui dans la liste des scénarios de menaces majeures. Cette menace revient à l’incapacité des institutions actuelles à profiter de la connectivité. Le virus est la dernière goutte qui se déverse dans le seau de la normalité en voyant de plus en plus l’idiotie de la situation actuelle.

Le triple défi du changement climatique, du pic pétrolier et de l’effondrement social se profilant à l’horizon, la question qui se pose n’est pas de savoir si, mais quand. Dans ce sens l’acquisition et l’analyse des données se présente comme une piste sérieuse à exploiter.

source

Article similaire

Laisser un commentaire