Après Sousse, l’Institut Français de Tunisie vous invite à découvrir le magnifique poème théâtral « Stabat mater furiosa » de Jean-Pierre Siméon, une étape de création de l’atelier théâtral du Relais Culturel de Sousse, le samedi 12 novembre à 18h.

À partir d’une scénographie simple et contemporaine composée d’un amas de vêtements, le groupe a abordé durant tout un semestre des esthétiques et des situations différentes, comme les chambres d’enfants, les souks, les paysages…

Le texte est porté par un chœur de huit femmes et un groupe de seize résistants qui le soutiennent dans son cri par un travail essentiellement corporel.

Le Stabat mater furiosa de Jean-Pierre Siméon (écrit en 1997 au Liban) est un réquisitoire contre « l’homme de guerre », une pièce qui place au cœur du dispositif scénique une figure, « celle qui ne veut plus comprendre car comprendre, c’est déjà accepter ». Ce poème théâtral est un cri qui condamne sans appel la guerre. Il ne s’agit pas d’une longue litanie, ni d’une plainte, encore moins d’un chant de deuil, mais d’un cri rempli d’une vitalité impressionnante.

Article similaire