Pour être à la hauteur des défis en shs, comme d’ailleurs dans d’autres champs de la science, la recherche scientifique se fait aujourd’hui de plus en plus en réseaux avec des approches inter et multidisciplinaires. Les projets les plus innovants sont ceux qui mobilisent davantage de disciplines scientifiques autour d’une problématique donnée. Dans cet esprit, les programmes internationaux (Horizon2020, coopération transfrontalière, coopération bilatérale et régionale), européens en particuliers, sont de plus en plus axés sur des défis sociétaux transversaux et multidimensionnels. Les appels à projets ne sont guère conçus dans les frontières classiques des disciplines scientifiques mais plutôt ils sont élaborés autour des problèmes complexes que les sociétés affrontent : les énergies et les ressources naturelles, la santé et le bien-être, les inégalités, la sécurité alimentaire, les défis écologiques, l’urbanisme et la qualité de vie, etc… Ces appels à projets nécessitent des alliances scientifiques au sein de consortiums auxquels sont appelés à participer les acteurs académiques, les acteurs socioéconomiques, les institutions publiques ainsi que ceux de la société civile. L’implication des parties prenantes est désormais une condition sine qua non pour débloquer des fonds nécessaires à la réalisation d’une recherche scientifique collaborative de plus en plus coûteuse.

Cette logique de recherche en réseau, axée sur des questions transversales et multinationales, exige une connaissance des programmes et instruments de financement, des dispositifs et outils de montage de projets. Les enseignant-chercheurs, en Tunisie, en particulier ceux en shs, ne semblent pas êtres suffisamment informés et coutumiers de ces mécanismes de la recherche avec des fonds internationaux. Leurs recherches, axées assez souvent sur des problématiques peu porteuses, demeurent tributaires des fonds publics de plus en plus limités. Pour ces diverses raisons, l’organisation d’une rencontre pour informer, sensibiliser et inciter les enseignants-chercheurs en Sciences Humaines et Sociales en Tunisie aujourd’hui, à intégrer les réseaux scientifiques internationaux, s’impose.

Cette journée sera une première occasion de concertaion, de sensibilisation et d’information autour des différents appels à projets en cours ainsi que sur les différentes étapes de montage des projets. Elle a comme objectif premier de renforcer la recherche scientifique en shs et la rendre plus visible et plus critique et engagée à l’égard des enjeux d’actualité. En mobilisant des experts ayant des expériences significatives en la matière, avec la participation des responsables et coordinateurs de projets internationaux, cette journée pourrait être une expérience pilote à institutionnaliser par la suite au sein des établissements partenaires de cet évènement.

 

Article similaire

Laisser un commentaire